ADRA face au Covid-19 : l'aide locale compliquée

Les jeudi 12 et mardi 17 mars, les interventions du Président de la République Française ont révélé les décisions afin de lutter contre la progression du virus. Ces mesures de prévention nécessaires rendent particulièrement difficiles voire impossible le travail des 72 antennes locales ADRA réparties dans toutes la France. Comme ADRA qui aide les réfugiés et les migrants à Dunkerque depuis plusieurs années, les bénévoles qui font régulièrement des maraudes et interviennent auprès des migrants côtoient une grande détresse.

Toujours dans les starting-blocks en prenant toutes les précautions possibles, l’antenne Dunkerquoise a encore distribué de la nourriture à 450 migrants dans le camp de Grande Synthe le dimanche 15 mars. C’est tous les dimanches que les bénévoles de Dunkerque cuisinent des repas pour les migrants ; ils leurs fournissent des vêtements, des chaussures, des bâches, des tentes et des articles d’hygiène. L’antenne ADRA met aussi à disposition des générateurs pour recharger les téléphones. Au-delà de l’aspect matériel, les échanges avec les bénévoles constituent un vrai support moral pour les migrants.

Lorsque le gymnase de Grande Synthe était disponible les migrants pouvaient s’abriter du grand froid et profiter des installations intérieures et extérieures : douches et toilettes et latrines. Hélas la situation est différente depuis plusieurs mois : le gymnase est fermé, les sanitaires extérieurs n’existent plus, seulement une bouche d’incendie et un point d’eau citerne  avec savon sont disponibles pour des centaines de personnes. Ne pouvant plus gérer leurs activités comme auparavant, les bénévoles décident tout de même de laisser la nourriture à l’entrée du camp pour que les exilés ne soient pas absolument démunis.

Dans cette période où nous pouvons nous sentir «confinés», des personnes tentent de survivre à ciel ouvert tandis qu’une menace sérieuse réduit de façon drastique la présence des associations. ADRA agit dans chaque pays les besoins locaux, cherche des solutions pour mieux aider,,et invite à respecter les consignes nationeles. Comme dans le cas de la crise à virus Ébola au Congo, la prévention préconisée par l’OMS et relayée dans notre pays,  reste l’arme la plus efficace contre cette pandémie. Retrouvez les gestes de barrières simples sur nos réseaux sociaux.