Le Bangladesh dans le cœur d’Eliška

Eliška Hronková est la coordinatrice tchèque du projet Chalantika soutenu par ADRA France. À l’automne 2021, elle s’est rendue pour la toute première fois au Bangladesh pour un voyage de suivi. Les craintes de développer une maladie ainsi que la peur des araignées et des serpents ont été remplacées par la joie, des moments inoubliables avec les enfants, des après-midi de princesse, des matchs de volley-ball et des séances de photos avec des soldats.

Premières impressions et choc culturel

Eliška, quelles étaient vos attentes lorsque vous avez appris que vous alliez au Bangladesh ?

J’avais hâte de rencontrer des enfants et de faire connaissance avec un nouveau pays. J’avais aussi hâte de goûter la nourriture locale, car tous ceux qui étaient allés au Bangladesh en parlaient. Et je me réjouissais de toutes les choses que j’allais vivre pour la première fois de ma vie. Je ne savais pas ce que ce serait exactement, mais je savais que ce serait beaucoup.

Qu’est-ce que c’était ?

Par exemple, l’acupuncture ! J’ai aussi pêché pour la première fois, vu des rizières et fait de la moto. J’ai ramassé du gravier dans la rivière et j’ai parlé en bengali pour la première fois. En fait, j’ai vécu beaucoup de ces petites et belles choses.

Y avait-il quelque chose dont vous aviez peur avant d’aller au Bangladesh ?

J’avais peur de tomber malade, même si j’étais vacciné. De toute façon, on ne peut pas se faire vacciner contre la dengue ou la malaria. C’est quelque chose que vous ne voyez pas venir. Un jour vous allez bien, le lendemain vous n’allez pas bien et vous ne pouvez pas du tout le contrôler. Lorsque j’étais au Bangladesh, je me suis rendu compte qu’ils vivent différemment de nous en Europe. (Ils vivent dans beaucoup plus d’incertitude). Il y a beaucoup de choses que vous ne pouvez pas contrôler et vous ne pouvez qu’espérer… Je n’ai même pas vérifié quel genre d’animaux ils avaient là-bas, parce que je ne voulais pas savoir s’il y avait des serpents et des araignées.

Quelles ont été vos premières impressions à votre arrivée au Bangladesh ?

J’ai vraiment eu un choc culturel. Je sais déjà ce que c’est. C’est le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on se demande où l’on est, comment s’occuper de l’hygiène, comment on mange et comment on va fonctionner là-bas. Soudain, l’enthousiasme pour une nouvelle expérience a été remplacé par l’inquiétude et la peur.

Je me demandais aussi si nous avions une chance de changer quoi que ce soit, car on voit la pauvreté ici, là et partout. C’est différent quand on lit les statistiques sur la pauvreté et quand on voit les visages des gens au quotidien. Des enfants nus et pieds nus courent dans les rues pleines d’ordures, on voit parfois des visages apathiques… Je me suis sentie très désolée pour eux.En fait, la première fois que je me suis sentie mieux, c’est lorsque nous avons rencontré les enfants de Chalantika dans la rue. Je les ai vus rire et s’amuser tous les jours. Cela m’a aidé. Depuis lors, je pense m’être légèrement remise du choc culturel.

Donner une chance

Face à la pauvreté, vous vous êtes demandé si nous pouvions changer quelque chose là-bas. Pensez-vous que nous le pouvons ?

J’y ai beaucoup réfléchi. Nous pouvons certainement donner une chance à ces gens. Nous pouvons leur donner une chance. Cela ne signifie pas nécessairement que leur vie changera fondamentalement, mais au moins, ils auront une opportunité et une chance d’avoir une vie meilleure. Il est très triste et injuste de savoir que certaines personnes ne peuvent pas l’avoir.

Voulez-vous dire que lorsque nous donnons une chance à ces enfants, c’est à eux de la saisir ?

Exactement. J’ai aussi réalisé combien il est important d’avoir la bonne motivation et de travailler avec l’ensemble des familles. Mme Shilpi, qui travaille comme motivatrice, est une seconde mère pour les enfants du bidonville. Elle essaie de montrer aux parents qu’il existe quelqu’un pour les aider, eux et leurs enfants. C’est crucial.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez rencontré les enfants du bidonville de Chalantika ?

Lorsque vous voyez un bidonville pour la première fois de loin, ou peut-être par la fenêtre d’une voiture, vous vous sentez si désespéré. Mais une fois que vous commencez à parler avec les habitants, vous découvrez à quel point nous sommes tous semblables. Ils ont leurs soucis mais aussi leurs joies. Leur joie est que nous soyons là. Et puis la tristesse passe.

Il y a autre chose que tu as aimé ?

J’ai été impressionné par un “cycle du bien”. Nous avons rendu visite à un étudiant de 15 ans, qui donne déjà des cours particuliers à de jeunes enfants. Il s’agit simplement d’un effet multiplicateur. Vous donnez une éducation à une personne et cela a un impact sur toute la communauté.

La princesse arrive

Au cours de votre voyage, vous avez également visité des écoles et des enfants du programme BanglaKids. Comment s’est passé le voyage ?

Il est très important d’avoir un bon chauffeur au Bangladesh. Sans lui, vous n’arriverez à rien. Parfois, il me manquait des exercices pendant les longs voyages. Et je dois admettre que ma pire expérience au Bangladesh a été les toilettes à la station-service.

J’aime les enfants et dès que je les ai rencontrés, j’ai retrouvé mon énergie après un voyage long et fatigant. Je n’étais pas préparée à parler en public. Je dirais que la peur de parler en public est bien pire que le discours lui-même. J’ai réalisé que lorsque vous parlez de quelque chose qui vous passionne, cela vient naturellement de votre cœur.

Je sais que vous venez d’une famille d’enseignants. Avez-vous également hérité de cette passion ? Vous a-t-elle incitée à poursuivre l’idée de travailler avec des enfants ?

C’est sans aucun doute ce qui m’a poussé à le faire, mais ce n’est pas comme si je disais “je vais être enseignante”. En fait, je travaille déjà avec des enfants dans des camps de vacances à Pioneer pendant l’été, et à l’avenir, j’aimerais en faire plus pendant l’année. Dans le camp, tout le monde travaille pour le plaisir. J’ai peur que si j’en fais un travail à part entière et que je dois m’occuper de toutes les choses comme le programme, etc. Vous avez voyagé dans le nord du

Bangladesh pour voir des enfants en moto. Comment cela s’est-il passé ?

Parfois, nous conduisions de tels rallyes hors de la route, et rouler sur les racines était une sacrée expérience. Nous avons rendu visite à des enfants dans leurs maisons. C’était génial de voir où ils vivent, où ils cuisinent, où ils dorment… Nous avons même conduit une vieille moto chez l’une des familles, celle que vous avez réparée. J’ai vraiment apprécié.

J’ai été fascinée par les histoires fortes des femmes de la tribu matriarcale Garo, qui ont la responsabilité de diriger et de sécuriser la famille. Par exemple, une mère fait de la contrebande de biscuits depuis l’Inde et les revend au Bangladesh. Elle les transporte dans un panier autour de son cou qui pèse probablement au moins vingt kilos. Nous ne pouvions même pas le déplacer. C’est vraiment une femme forte.

Puis nous avons voyagé vers l’ouest, et là, tu es devenue une princesse pour un après-midi…

Un après-midi, nous avons revêtu une robe traditionnelle – un sari. Ce n’est pas si facile de l’enfiler, alors une dame incroyable, Florence, nous a aidées. Elle est si sympathique et sait vraiment ce qu’elle fait. Quand elle décide de réparer quelque chose sur le campus, nous lui faisons confiance. C’était agréable de passer un après-midi entre filles.
Le sport unit tout le monde dans le monde

Le sud du Bangladesh était quelque chose de spécial pour vous, n’est-ce pas ?

Le Sud était probablement la meilleure partie pour moi, parce que nous avons travaillé très étroitement avec les enfants là-bas. Nous sommes d’abord allés à l’école GAPS, où étudient les élèves de 7e année. Nous avons joué au handball avec eux et cela a prouvé une fois de plus que le sport unit tout simplement. C’est vrai partout et c’est le meilleur moyen de renforcer l’esprit d’équipe. Après cela, nous avons nagé dans l’étang où nous nous sommes beaucoup amusés. Les enfants ici ont un talent pour le mouvement. Par exemple, ils ont fait un saut périlleux arrière sur une jambe à partir d’un piquet de bambou.

Mais il ne s’agissait pas seulement de sport. Nous nous sommes sentis très bien accueillis là-bas. Un soir, nous avons visité le dortoir des filles et chaque chambre avait préparé quelque chose pour nous. C’était très touchant de voir qu’elles voulaient nous donner quelque chose même si elles n’avaient pas grand-chose. Elles ont fabriqué des cœurs avec des fleurs, répété une danse pour nous et préparé des biscuits. Ils ont même tendu un ruban de fête à l’entrée d’une porte. Après cela, j’ai pensé à une petite fille qui avait donné son précieux ruban, ce qui n’est certainement pas facile à obtenir dans un pensionnat. Nous avons essayé de rendre un peu la pareille, en chantant et en leur apprenant la danse de la Macarena.

C’était magnifique, spontané et soudain… vous ne pouvez pas planifier ou réserver quelque chose comme ça.

Oui, en République tchèque, vous ne vivriez pas une telle expérience. Si quelqu’un que vous ne connaissez pas bien vient vers vous pour vous dire qu’il vous aime bien, vous pensez qu’il est sarcastique.

Ensuite, tu es allé à l’internat voisin de KMMS…

Là-bas, les enfants étaient un peu plus âgés et la conversation était différente. Ils étaient capables de communiquer en anglais. Et je pense que là-bas, j’ai eu mon meilleur match de volley-ball au Bangladesh, enseignants contre élèves. J’ai apprécié car le sport me manque vraiment en voyage.

À mon avis, c’était le voyage de suivi le plus sportif de ces 8 derniers mois…

La sécurité dans une zone dangereuse

Lorsque vous vous rendiez dans l’est du pays, vous deviez être accompagnés par des policiers et des soldats. Comment l’avez-vous vécu ?

Chez moi, ma famille s’inquiétait de cette région. J’étais également inquiet parce que j’ai fait une erreur en consultant les recommandations de sécurité pour le Bangladesh avant le voyage. Elles mettaient en garde contre cette région montagneuse. Néanmoins, une fois sur place, je me suis sentie en sécurité. En fait, je me sens toujours comme ça quand j’ai des gens calmes autour de moi. Tout le monde s’est moqué de nous là-bas. En fait, ce sont les policiers et les soldats qui m’ont le plus surpris. Ils voulaient prendre des photos de nous et ils ont aussi joué au volley-ball avec nous.

Plus tard, la police nous a aidés à passer dans la file de voitures pour monter sur un ferry…

Quand on me demande ce que je préfère au Bangladesh, je réponds toujours que c’est la volonté des gens d’aider. Vous n’avez même pas besoin de demander de l’aide, les Bengalis vous regardent simplement et vous tendent la main pour vous aider.

Le Bangladesh dans le cœur d’Eliška

Qu’avez-vous appris de votre voyage au Bangladesh ?

Mon dernier jour au Bangladesh, j’ai grimpé sur le toit d’un des bâtiments de Dhaka pour regarder autour de moi et réfléchir. J’avais fait la même chose le tout premier jour de mon séjour. Je me suis demandé ce qui avait changé depuis. Le premier jour, j’ai vu des craintes et des inquiétudes quant à l’endroit où je me trouvais et à la façon dont je pouvais survivre là-bas. Pour moi, les Bengalis étaient des inconnus avec lesquels je sympathisais mais dont je ne comprenais pas assez bien les problèmes.

Pendant le voyage, j’ai appris à connaître leurs désirs, leurs espoirs, j’ai visité leurs maisons, j’ai vu leurs routines quotidiennes. Certains d’entre eux sont devenus mes amis. Quelque chose de spécial se dégageait des gens, une telle humilité et un tel amour… pour les enfants, pour Dieu. En fait, pour tous ceux qui peuvent l’accepter. Désormais, le Bangladesh ne sera plus un inconnu pour moi. Le Bangladesh est dans mon cœur.

Article traduit par DeepL | www.calantika.cz

Vous aimez cet article ?

Facebook
Twitter
Telegram
WhatsApp

Laissez un commentaire

Partenariats

Dans le contexte de changement constant et incertitudes que nous vivons, il est essentiel de travailler en complémentarité et de renforcer nos liens avec nos partenaires. Les partenaires avec ADRA France collabore sont très nombreux, parmi lesquels nous retrouvons :

Soutien aux victimes des crises humanitaires
Propulsé par HelloAsso
Email
Inscription Newsletter
Me rappeler