Origine du projet KALEBA

A Madagascar, où la misère et la détresse font partie du quotidien d’une majorité de personnes, ADRA France s’investit depuis plusieurs années sur des projets d’aides directes, de reconstruction et de formation. Dans nos actions de formation,  nous avons rencontré des personnes porteuses de projets, porteuses d’espoir : il y a Hanta, Lalasoa, Ma, Zo, Miora, Ando, Robena, Haja (…) et en particulier deux personnes Rabelahy et Yvon :

Plus de détails sur le projet

Rabelahy est directeur d’une école privée «KALEBA» d’une petite commune de campagne. Il accueille 120 élèves (préscolaire et primaire). Grâce à l’aide de partenaires locaux et d’ADRA Madagascar, l’école offre chaque jour un repas aux enfants. Cela motive les familles très pauvres à envoyer leurs enfants à l’école. Il a créé une association «AMICAL» et obtenu l’agrément pour ouvrir une structure d’accueil qui prendra en charge, en pension complète, des enfants vulnérables de 3 à 11 ans : 10 enfants dans un premier temps et jusqu’à 25 enfants à terme. Son objectif est de permettre à ces enfants d’évoluer dans un environnement stable, calme, propice à l’éducation scolaire et périscolaire et de permettre l’apprentissage de la vie au quotidien.

Yvon est directeur d’une autre école privée en zone rurale « LA CHRETIENNE », avec 196 élèves (du préscolaire au collège). Dans cette école, soutenue par ADRA France, les enseignants se mobilisent et préparent des repas par les enfants, des cours ‘du soir’ pour les parents, organisent des lectures publiques de livres, de magazines d’information, rédigent des documents administratifs pour les familles… Yvon veut, lui aussi, faire plus pour aider à changer la vie des enfants les plus défavorisés, en leur permettant d’acquérir une formation adaptée aux besoins du pays. Son projet «AINA» regroupe un centre de formation professionnelle et un point santé/consultations.

Plus de détails sur le projet

L’école dans laquelle travaille Yvon est assez éloignée de l’école de Rabelahy, mais tous les deux habitent dans la même petite ville d’Andakana. Les deux hommes ont décidé de travailler ensemble et de mutualiser leur force grâce à l’association AMICAL créée par Rabelahy.  Ensemble, ils vont créer un pôle éducation et formation qui va regrouper l’école existante, le futur foyer d’accueil, le centre de formation professionnelle et le point santé.

L’objectif de ce pôle est d’accueillir les enfants depuis le plus jeune âge jusqu’à leur vie adulte, de leur permettre d’apprendre dans de meilleures conditions et de s’épanouir en tant qu’enfants. Le fonctionnement de ce futur pôle, sera ouvert sur des services aux habitants de la petite commune : point-cyber, salon de coiffure, salle de réunion et restaurant, centre de santé… pour assurer en partie les frais de fonctionnement, tout en permettant la professionnalisation des élèves.

Plus de détails sur le projet

Ce projet dont le budget est de 53 000 euros n’est possible qu’avec un appel de financement et nous comptons donc sur votre générosité pour un lancement des travaux de construction dès l’automne prochain. Vous pouvez participer à ce projet en sélectionnant le Cadeau n°3 dans le Catalogue des Cadeaux Solidaires ou en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous





Cylone Fani : l’état d’Odisha dévasté

240 km/h, c’est la vitesse à laquelle le cyclone tropical FANI a traversé la côte de l’état d’Odisha en Inde, le matin du 3 mai. Au moins 42 morts sont à déplorer, et plus d’1 million de personnes ont été déplacées. Cette tempête qualifiée « d’extrêmement sévère » a causé des dégâts très importants dans 14 districts (46%). Des centaines de personnes sans eau et sans électricité. ADRA Inde est engagée sur le terrain, soutenue par le réseau international ADRA. L’aide annoncée par le gouvernement est en attende d’être portée à la population.

Classée en catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson, la destruction causée par une catastrophe naturelle de cette ampleur, observée pour la dernière fois dans cet état, était le super Cyclone de 1999 qui avait tué 10.000 personnes. Les maisons de chaume, les maisons en terre et les maisons en tôle ont été complètement saccagées dans 14 districts. Le gouvernement d’Odisha estime que 10 784 915 personnes dans ces districts sont potentiellement touchés. Sur les 14 districts touchés, 11 sont considérés comme étant gravement touchés, le district de Puri étant le plus atteint. Les cultures et les plantations d’été ont été dévastées, ce qui a d’énormes répercussions sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

Odisha est sur un pied de guerre et les efforts d’intervention sont intenses. Les autorités locales fournissent de la nourriture cuite aux ménages hébergés dans les abris cycloniques. Hélas, il est observé par plusieurs ONG que seul un nombre limité de personnes y a accès. ADRA a besoin de fonds afin de réagir en cas de catatrophes. Vous pouvez aider  réduire les impacts des cataclysmes en sélectionnant le Cadeau n°5 dans le Catalogue des Cadeaux Solidaires ou en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Inondations/cyclone IDAI en Afrique Australe

D’importantes inondations ont plongé plusieurs pays de l’Afrique Australe dans la panique depuis la 1èresemaine du mois de mars. Près d’1 million de personnes sont touchées par la catastrophe au Malawi, au Mozambique et au Zimbabwe, étant aussi victime du passage du cyclone IDAI. Dans ces 3 pays nous soutenons à hauteur de 5000 €, les projets de secours d’urgence engagés par nos partenaires locaux ADRA.

Au Malawi, plus de 500 000 personnes, parmi lesquelles 215 000 ont dû être déplacées, sont affectées par les conséquences des pluies torrentielles. Au moins 400 000 personnes ont besoin d’une intervention d’urgence au nord du Mozambique où l’on risque d’atteindre plus de 1 000 morts. 31 décès et 71 disparus sont déplorés au Zimbabwe, et les hélicoptères de l’Armée nationale sont prêts à aller sauver les personnes isolées, mais les conditions météorologiques ont entravé ce processus.

Beaucoup de maisons sont détruites, des centaines de milliers de personnes déplacées dans des écoles, des églises, des cliniques ainsi que d’autres structures, le bétail est anéanti , des cultures balayées par les eaux. Les écoles étant occupées ou détruites, la scolarité des élèves se trouve perturbée voire impossible. Le risque de maladie infectieuse, dont le choléra, est élevé.

Vous pouvez participer à ce projet d’urgences qui consiste 1_à la distribution d’eau et d’assainissement à 1000 familles déplacées au Malawi, 2_ à la distribution de produits non-alimentaires au Mozambique (tentes, couvertures, articles d’hygiène, etc.) où ADRA travaille aussi en partenariat avec d’autres associations, 3_ à approvisionner 150 familles en nourriture et produits non-alimentaires au Zimbabwe, en sélectionnant le Cadeau n°5 dans le Catalogue des Cadeaux Solidaires ou en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




La pire crise Ebola au Congo

La RDC (République démocratique du Congo) traverse sa pire crise d’Ebola avec plus de 530 cas confirmés à ce jour. 313 décès enregistrés sont déplorés à cause de la maladie. Les villes de Beni, Kalunguta et Katwa sont les zones à risque les plus sévèrement touchées par la maladie et nécessitent une intervention continue d’urgence.

La nouvelle vague d’épidémie d’Ebola déclarée dans le pays, depuis plus de 3 mois déjà, est  accentuée par les problèmes de sécurité locaux. En effet les conflits armés ont fait barrage à l’aide humanitaire pendant plusieurs jours et les récentes élections présidentielles risquent d’aggraver les tensions. L’annonce des résultats a d’ailleurs été reportée pour ne pas réveiller d’autres hostilités.

De retour du Congo vers la Suède, un homme a récemment fait l’objet de tests et d’une stricte surveillance, et est  heureusement non porteur du virus. La MVE (Maladie à Virus Ebola) étant très contagieuse et mortelle et fait peur ; la prudence est de rigueur. Le premier cas recensé à Beni a développé les premiers signes une semaine avant de mourir. À la veille de son décès, le patient avait consulté un centre de santé privé puis un guérisseur traditionnel.

La prévention étant l’arme la plus efficace contrôler le virus Ebola, ADRA Congo effectue des campagnes d’information dans les églises adventistes et les écoles dans des zones affectées. En complément de cette campagne, ADRA se prépare aussi à mettre en place une projet d’Eau et d’Assainissement pour lutter contre la maladie.

Afin de participer à l’amélioration de la santé des populations dans les zones à risque, vous pouvez  sélectionner le Cadeau n°4 dans le Catalogue des Cadeaux Solidaires ou en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Indonésie : à nouveau en proie au tsunami

Déclenché par un glissement de terrain sous-marin, un tsunami a surpris le détroit de la Sonde en Indonésie dans la nuit du 22 décembre, et fait plus de 420 morts. 4 districts sont touchés : Pandeglang, Serang, Lampung sud et Tanggamus. Actuellement en intervention continue à Sulawesi suite au tsunami du 28 septembre dernier, ADRA Indonésie a dépêché une équipe d’évaluateurs sur place. 

Ce dernier tsunami a laissé plus de 850 blessés graves, au moins 150 disparus et le nombre de décès a plus que doublé depuis le jour du cataclysme. La plupart des personnes vivant sur la côte ouest, en particulier près de la région touchée, sont déplacées dans des villages situés plus en hauteur ; ils sont accueillis dans leur famille, chez des amis, dans des lieux de culte, des écoles et d’autres installations publiques.

Au total, plus de 7 millions de vies sont affectées directement ou indirectementpar ce tsunami. L’accès routier aux personnes touchées est difficile avec la boue, les roches, et les arbres qui font barrage, ainsi que les fortes pluies qui empirent la situation. Le gouvernement mobilise actuellement de l’équipement lourd pour défricher et nettoyer les routes. Ce tsunami a aussi endommagé 556 maisons, 9 hôtels, 60 équipements culinaires extérieurs et 350 bateaux.

L’équipe ADRA est en pleine évaluation des besoins sur le terrain, afin de travailler en coordination  avec le gouvernement et d’autres organisations, et de répondre efficacement à cette catastrophe. Vous pouvez soutenir ADRA dans la gestion des urgences en sélectionnant le Cadeau n°5 dans le Catalogue des Cadeaux Solidaires ou en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Tremblement de terre : ADRA intervient à Haiti

Le tremblement de terre de magnitude 5.9, qui a surpris Haïti dans la nuit du 6 octobre et fait 17 morts et 427 blessés, a  été ressenti sur tout le territoire. Parmi les 12 villes qui ont subi les pertes les plus lourdes, 3 communes : Port-de-Paix, Saint-Louis du Nord et Gros Morne, font partie des plus pauvres du pays. L’équipe ADRA dépêchée dans 2 des départements les plus touchés, dès le début du drame, prévoit de soutenir 150 foyers et plus si les ressources le permettent.

3 524 000 personnes vivent dans les départements qui ont subi les dégâts importants, soit plus de 25 % de la population d’Haïti. 46 692 personnes soit 7 782 familles souffrent des conséquences de ce tremblement de terre. 7 429 maisons sont endommagées et 427 bâtisses_dont 383 maisons privées, 4 écoles et 40 services publics_ sont totalement détruites. Les infrastructures de santé locales ont aussi été impactées par le tremblement de terre et ne peuvent pas prendre en charge la plupart des personnes grièvement blessées.

La population affectée est toujours en nécessité d’une aide humanitaire d’urgence. Une épidémie de choléra est possible si quelques actions préventives ne sont pas prises promptement. ADRA planifie de combler les besoins les plus urgents : l’alimentation, l’assistance psychologique pour afin de gérer les traumatismes, les abris d’urgence en pleine saison des ouragans. Présente auprès d’une population privée d’électricité et d’eau, ADRA prévoit aussi de mettre en place un projet d’Eau et d’Assainissement pour permettre aux familles d’accèder à l’eau potable.

Cette catastrophe vient perturber le cours des prochaines plantations qui est censé avoir lieu en novembre ; soutenir le secteur agricole devient aussi nécessaire pour éviter une aggravation de l’insécurité alimentaire. Nous comptons sur votre générosité pour continuer à soutenir les victimes dans leur détresse à Haïti grâce à votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Indonésie : un tsunami provoque le chaos

Le 28 septembre à 19 h heure locale, un tremblement de terre de magnitude 7.5 a choqué Sulawesi Central, province d’Indonésie sur l’île des Célebes, et déclenché un tsunami provoquant le chaos total. Une vague imposante s’est abattue sur le littoral à une vitesse effrayante de 800km/h, s’armant de voitures et d’autres débris broyés dans sa course. Des centaines de personnes ont été tuées sur le coup et des communautés entières ont été détruites. Les équipes d’urgence d’Asie, du Pacifique et d’Europe sont en état d’alerte.

Présente sur le terrain depuis dimanche dernier, ADRA Indonésie travaille en coordination avec les autres ONGs pour apporter l’aide d’urgence aux victimes du tsunami et du tremblement de terre. De nombreuses personnes sont portées disparues et on compte à présent près de 1 600 morts, nombre encore susceptible d’augmenter dans les prochains jours, et plus de 2 500 blessés graves. Des maisons, des hôtels, des hôpitaux ont été détruits ; les hôpitaux ouverts sont submergés par la situation tandis que les victimes continuent d’affluer. Avec le risque de contamination de l’eau et des aliments par les déchets, une crise sanitaire est à prévenir.

L’acheminement de l’aide humanitaire est compliqué par les infrastructures endommagées ; les coupures d’électricité rendent la communication et le travail de coordination complexe. Palu et Dongala, les 2 villes les plus touchées par la catastrophe sont difficiles d’accès. Le Pont Ponulele connectant Palu à Donggala s’est effondré par la vague de tsunami. Plusieurs routes ont été barrées en raison de leur niveau de détérioration, des glissements de terrain et l’aéroport de Palu reste accessible uniquement aux acteurs humanitaires. De plus le contexte sécuritaire reste incertain avec les constructions instables, et 1 200 détenus pour crimes graves échappés dans la nature. Les survivants ressentent une grande détresse.

1,5 million de vies humaines sont affectées par ce double cataclysme. La dévastation a laissé beaucoup de sans abris, de personnes affamées, et plus de 70 900  personnes ont été déplacées sur 141 sites d’accueil. ADRA France soutient son homologue Indonésien qui a déjà réagi en apportant de la nourriture, de l’eau, et a distribué 3 000 kits d’abris d’urgence, pour répondre au désastre et sauver des vies. L’aide d’urgence doit être poursuivie ; vous pouvez participer à cette action en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Le typhon Mangkhut a assailli les Philippines

Le 15 septembre dernier, le typhon Mangkhut ravageait l’Asie du Sud Est, balayant sur son passage les Philippines. Avec des rafales de vents atteignant jusqu’à 285km/h, le pays n’a rien pu faire face à l’ampleur du désastre. Ce sont ainsi plus de 2 millions de Philippins qui ont été affectés par la catastrophe. Comme redouté, les dégâts sont considérables, tant sur le plan matériel que humain :

–          On dénombre plus de 100 morts et des dizaines de personnes disparues, résultat de plusieurs glissements de terrain survenus après le passage des pluies torrentielles dans le centre et surtout le nord du pays. Le bilan des victimes ne cesse de s’alourdir aux Philippines à mesure que les secours découvrent des dépouilles ensevelies.

–          Le secteur agricole a été particulièrement impacté par le typhon, puisqu’on estime qu’entre 80 et 90% des productions de riz et de maïs ont été perdues dans les zones les plus touchées. Incident qui ne manquera pas de se répercuter négativement sur les marchés et la sécurité alimentaire dans les prochains mois, l’agriculture représentant la première source de revenus des habitants.

–          Plus de 120 000 habitations ont été endommagées par le typhon Mangkhut, dont au moins 10 000 complètement détruites, nombre susceptible d’augmenter fortement au cours des semaines à venir. Plus de 7 000 personnes sont réparties dans les 87 centres d’évacuation du pays tandis que près de 20 000 sinistrés se sont réfugiés chez leur entourage.

–          Les débris ainsi que les glissements de terrains ont affecté de nombreuses infrastructures telles que les routes et les ponts qui sont devenus impraticables, rendant l’accès aux régions montagneuses très difficile.

Sur place, ADRA, en collaboration avec les institutions nationales et d’autres organisations de la société civile, vient en aide aux communautés locales, en particulier dans les 8 provinces et 7 villes déclarées en situation d’urgence. Des milliers de kits alimentaires, kits abris, kits hygiène et autres produits de première nécessité ont déjà été distribués, mais les besoins sont grands. Aidez-nous à répondre à cette catastrophe aux Philippines en envoyant votre don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Reconstruction après les feux en Grèce

Le processus de reconstruction a bien démarré en Grèce. Etant l’une des 1ères ONG sur le terrain, ADRA HELLAS a pu apporter l’aide d’urgence aux victimes et développé une relation avec les rescapés des incendies afin de mieux répondre à leurs besoins.

Un mois après les feux de forêt dévastateurs les dégâts restent considérables et le paysage est toujours désolant ; les habitants de la ville essaient toutefois de retrouver une vie normale. Avec plus de 90 morts , des centaines de blessés et plus de 1 600 maisons détruites, le traumatisme reste palpable chez une grande partie des personnes touchées. En plus du soutien alimentaire et matériel, ADRA apporte aussi un soutien psychologique et administratif aux victimes.

En raison de la pollution atmosphérique et des rues encombrées de débris à nettoyer, la zone la plus vaste  de Mati a été évacuée. Le Maire de Rafina a déclaré aux journalistes que son village « n’existe plus », et le Ministre de l’aménagement du territoire a annoncé que 49 % des bâtiments inspectés sont inhabitables.

Les citoyens grecs ont fait preuve de solidarité, témoigné de la compassion envers les réfugiés qui ont afflué  dans leurs régions au cours de ces dernières années. A présent, alors qu’ils traversent une période particulièrement éprouvante, ils sauront apprécier votre soutien grâce à votre  don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous




Inde : l’Etat du Kerala piégé par les eaux

Depuis le début du mois d’août, l’Etat indien du Kerala fait face à la mousson la plus violente depuis un siècle. En effet, les pluies torrentielles n’ont cessé de s’intensifier au cours des dernières semaines, plongeant au moins 10 cantons de la côte ouest dans une situation d’urgence absolue.

Les conséquences sont dévastatrices. Le dernier bilan fait état d’au moins 361 morts et 800 000 personnes déplacées qui doivent se réfugier dans les 5645 camps mis en place dans la région. Des opérations de sauvetage massives sont en cours jour et nuit afin de venir en aide aux personnes rescapées, mais le manque d’informations et l’accès limité aux zones sinistrées rendent la communication difficile. De nombreux villages sont submergés ou ensevelis sous les coulées de boue et restent ainsi inaccessibles.

ADRA concentre ses efforts sur les districts les plus touchés et travaille en coordination avec ADRA Allemagne et d’autres institutions dans le but de trouver des sources de financement. Vous aussi, vous pouvez nous aider en envoyant votre  don à :

ADRA France, Réfugiés & Migrants
IBAN: FR76 1027 8064 5000 0218 5930 138, BIC: CMCIR2A,

ou via Paypal par carte bancaire en toute sécurité
en cliquant ci-dessous