Espoir d’enfants

Beaucoup d’entre vous ont des enfants ou des petits-enfants qui ne sont pas scolarisés. Peut-être apprennent-ils en ligne dans leur chambre. Peut-être leur enseignez-vous depuis la table de la salle à manger ou le canapé du salon. Ils font peut-être une pause de quelques jours dans leur scolarité.

Quelle que soit votre investissement et la manière dont vous encouragez l’apprentissage à la maison, la vérité est que beaucoup d’entre nous découvrent leur talent d’enseignant au fur et à mesure. La plupart d’entre nous ont compté pendant des années sur le système scolaire, les merveilleux professeurs, les transports en commun très pratiques et peut-être un repas chaud.

La pandémie actuelle a changé tout cela.

Ces perturbations rendent l’éducation difficile, mais pas impossible. Beaucoup d’entre nous ont encore leurs ordinateurs, le WIFI et l’accès à plus de ressources que ce que nous pourrions utiliser au cours d’une vie.

Cela me fait penser à la chance qu’ont beaucoup d’entre nous par rapport à ceux qui manquent d’infrastructures et de ressources éducatives. A Madagascar, par exemple, beaucoup de parents d’enfants en âge d’être scolarisés ont du mal à aller à l’école, faute de moyens . Il faut des fournitures, des livres, se vêtir, manger, pouvoir se rendre sur place. 

ADRA France travaille depuis des années sur l’île rouge pour changer cela. Des projets de formation, de création de bibliothèques avec Madagaschool, de cantines scolaires, d’installation multimédia, etc. ont permis de favoriser l’accès à l’éducation. Aujourd’hui, nous allons plus loin avec la prise en charge d’enfants “de rue” livrés à eux-mêmes, en créant un centre de vie intégré à une école et un espace de formation professionnel. Au niveau international ADRA a lancé une PÉTITION afin que tous les enfants du monde entier puissent aller à l’école.

 

Personne ne sait quand la vie « normale » reprendra. Nous nous contentons de ce que nous avons à la maison et nous nous aventurons à l’extérieur quand cela est nécessaire. Pensons aux enfants, pour lesquels ces temps sont beaucoup plus difficiles, et sont peu être confinés dans des abris et des maisons surpeuplées en pays étrangers. Pensez aux enfants qui rayonnent de joie lorsqu’ils ont la chance d’apprendre dans une salle de classe.

Nos vies sont perturbées, mais d’ici peu, les choses vont probablement revenir à la normale. Pensons à ceux qui n’ont pas cet espoir en ce moment. Et célébrons avec ceux qui en ont.