Quand les bombes sont tombées…

Trois ans sont passés, mais les enfants de Loubana ont encore des cauchemars du jour où leur maison en Syrie a été bombardée. « Je me souviens que je me suis cachée sous l’escalier quand les bombes tombaient » dit Nour, qui était seulement agée de 6 ans à l’époque.

Loubana et sa famille vivaient de manière prospère en Syrie. Son mari, Hasan était chef d’entreprise et ils avaient une belle maison remplie de bonheur avec des enfants en bonne santé.

C’est alors que la terreur a débuté.

Quand la bombe a frappé leur maison, la famille a eu la chance de s’extirper des décombres en vie. Hasan est retourné dans ce qui restait de leur maison pour sauver leur bébé qui dormait, puis ils ont couru pour sauver leur vie avec rien d’autre que les vêtements sur le dos.

Loubana et Hasan ne sont pas retournés en Syrie depuis qu’ils ont fui au Liban. Pas même quand le frère de Loubana et la mère de Hasan sont décédés. « Je serais ravi de retourner en Syrie, mais pour quoi ? Pour que le gouvernement enrôle nos enfants dans leur armée ? » dit Hasan.

La vie au Liban a été une lutte pour la famille. Les enfants ne sont pas allés à l’école depuis qu’ils ont quitté la Syrie, et il est à peine possible de payer le loyer et d’acheter de la nourriture. Ils vivent à 10 dans un petit appartement de deux pièces avec un plafond qui fuit. La santé de Hasan se dégrade et ils ne peuvent pas payer les soins ou les médicaments dont il a besoin.

Heureusement, ADRA a été en mesure de fournir des vestes, des couvertures et d’autres éléments essentiels d’hiver pour la famille de Loubana. Et bientôt, les enfants seront en mesure d’aller à un centre d’apprentissage soutenu par ADRA.

Loubana et Hasan rêvent d’une vie meilleure pour leurs enfants qui ont des rêves aussi. Mariam et Nour veulent être des enseignants. Fatima veut être une pharmacienne. Abdullah espère être un cardiologue pour qu’il puisse aider les gens quand ils sont malades, comme son père. Et le petit Sliman souhaite juste aller à l’école.

blog8